DÉMARCHE ARTISTIQUE

 

Technicienne en muséologie et peintre autodidacte, Odile Richer a perfectionnée sa démarche à l’école Saidye Bronfman de Montréal et à l'Academy of Realist Art de Toronto. À travers le portrait, l’artiste représente le raffinement sensuel des sujets qui l’entoure; les tissus, les bijoux, les objets anciens. L’originalité de ses sujets et la qualité du traitement de la lumière dans ses toiles rappelle le travail des peintres Flamands du 17e siècle.

La photographie est à la base des compositions qui deviendront par la suite le sujet de ses œuvres. Dans son travail, la beauté émane du moment saisi et immobilisé dans la toile, de la lumière figée et changeante qui brille sans briller, de l’éclat qui attire et fait rêver. Ainsi, elle exprime la fragilité, la sensualité et la douceur d’une écharpe plutôt que l’écharpe elle-même. Une démarche riche et soutenue permet à Odile Richer de traiter des œuvres à la fois classiques mais aussi résolument actuelles.

 


Peindre est d’abord un prétexte pour représenter le reflet d'un bijou, le détail d'une mèche de cheveux, la lumière sur les plis d’un tissu, la transparence d'un voile… C’est aussi l’expérience des sens...



LE REGARD

La sensation enveloppante des chatoiements ambrés de la lumière, l’éblouissement des contrastes, un sujet qui détourne le regard et ferme les yeux, la confection et de la répétition d’un motif…


LE TOUCHER

Le feutre du chapeau, le lustre et le poids de l’étoffe, le reflet glacé de la perle, la rigidité de l’empesage, l’épais coton crocheté, la légèreté d’une plume…


LE GOÛT

Le croquant de la perle de verre, l’aspect riche et onctueux du satin, une savoureuse robe de mariée pareille à une pièce montée, le tulle croustillant…


LE SON

Le froissement du tissu, le cliquetis d’une fine chaîne ou de la paillette, le grésillement du voile, un soupir dans l’attente, le chuchotement d’un secret…